Définition du ROI et du Yield + les 2 stratégies pour gagner dans les paris sportifs

yieldJe vais tenter d’expliquer les 2 stratégies qu’il est possible de mettre en place pour gagner dans les paris sportifs sur le long terme et celle que j’ai privilégiée pour gagner entre 50 et 150 euros par mois sans stress (plutôt 200 euros par mois en ce moment 😉 ).

Je vais en profiter pour donner une définition du ROI et du Yield car la plupart des parieurs ne connaissent pas la différence.

En fait, il existe une multitude de stratégies possibles mais il y a 2 “politiques” générales qui se dégagent et la plupart des parieurs français l’ignore complètement. Ces 2 stratégies dépendent de nos capacités et de nos objectifs.

 

Notre objectif peut être soit :

  • Le ROI uniquement, avec une vision très long terme et un nombre de paris élevés

soit

  • Le Yield (et le ROI) avec une vision moyen terme et un nombre de paris modérés

Encore une fois, la plupart des parieurs français ne savent pas ce qu’est le ROI, ni le Yield ou bien ils pensent que c’est la même chose alors que ça n’a rien à voir

 

  • Le ROI dans les paris sportifs

Le ROI, c’est le retour sur investissement, c’est à dire le rendement du capital investi.

Je vais essayer d’être le plus clair possible :

Dans les paris sportifs, nous démarrons avec un capital d’un certain montant (ce capital est appelé “bankroll” comme au poker).

Ce capital sera totalement consacré aux paris sportifs au cours de l’année et le but est de le faire fructifier comme dans n’importe quel investissement.

Le ROI, c’est exactement la même chose que le taux du livret A par exemple.

Notre livret A a un taux de 1%. Si l’on place 1000 euros dessus, ça rapportera 10 euros au bout d’un an (super 🙂 ).

Si nous avons une bankroll de 1000 euros et un ROI de 1%, nous gagnerons donc 10 euros au bout d’un an également dans les paris sportifs.

Il s’agit juste d’un exemple car l’avantage des paris sportifs par rapport aux placements habituels, c’est qu’ils permettent des retours sur investissement bien supérieurs.

Un ROI de 50% par exemple est quelque chose de réalisable dans les paris sportifs si l’on est méthodique, rigoureux et patient.

 

Le ROI – tout compte fait – est l’objectif final de tout parieur sur le long terme mais la quantité importante du nombre de paris effectués par certains se fait souvent au détriment du Yield.

(pour calculer le ROI, il suffit de diviser nos bénéfices par le montant de notre capital multiplié par 100)

 

  • Le Yield dans les paris sportifs

Le Yield, c’est le rendement moyen pour UN pari !

Pour éviter de m’embourber dans la théorie, un yield de 10% veut dire que pour 100 euros misés en moyenne, nous gagnons en moyenne 10 euros, tout simplement.

Les parieurs qui ont une vision très long terme avec un nombre de paris très élevés ont rarement des yields supérieurs à 5%.

Les parieurs que je connais et qui gagnent de l’argent de cette façon ont d’ailleurs plutôt des yields qui tournent autour de 2 ou 3%, ce qui est très faible.

C’est à dire qu’ils ne gagnent en moyenne que 2 ou 3 euros par paris pour 100 euros misés en moyenne ! C’est comme s’ils ne jouaient que des cotes gagnantes de 1,02 ou 1,03 😉

Mais ces parieurs ont un volume de paris tellement élevé qu’ils atteignent souvent leur objectif de 50% de ROI…

 

Les parieurs qui ont une vision moyen terme et qui vont attacher de l’importance à avoir un Yield proche de 10%, parieront beaucoup moins souvent mais ils parviendront finalement à s’approcher aussi d’un objectif de 50% de ROI s’ils sont bons !

Ils parieront beaucoup moins souvent, donc stresseront beaucoup moins en privilégiant la qualité de leur paris à la quantité.

(pour calculer le Yield, il suffit de diviser nos bénéfices par le montant total de nos mises (et non pas de notre capital) multiplié par 100)

 

 

  • Les 2 stratégies possible : Quantité vs Qualité

La stratégie des parieurs qui vont privilégier la quantité sera purement statistique car ils n’auront pas le temps de regarder des matchs ou de lire des articles.

Une stratégie basée exclusivement sur les statistiques “résultats, classement, buts” sans analyse peut fonctionner mais sur un très grand nombre de paris (100 par mois est un minimum) et un très grand nombre de bookmakers (étrangers).

C’est quelques chose qui est difficilement gérable pour un parieur lambda, contraignant (obligation de parier ou de dénicher les paris tout au long de la journée quasiment) et difficile à mettre en place même si certains y arrivent très bien !!!

Sans compter que la moindre erreur coûte cher et à force de parier toute la journée, on est susceptible d’en commettre pas mal !

Je connais 3 parieurs qui y arrivent très bien mais c’est un sacré boulotJe les présenterai dans une prochaine page privée.

 

Si vous êtes un parieur débutant ou que vous avez pris l’habitude de perdre dans les paris sportifs et que vous faites vos propres pronostics, vous allez vite vous rendre compte qu’il est nettement préférable de privilégier la qualité à la quantité dans les paris sportifs !

 

  • Les avantages de privilégier la qualité à la quantité

En privilégiant la qualité d’analyse de nos paris, nous n’aurons peut-être pas forcément un retour sur investissement très important car nous ne placerons qu’une vingtaine de paris par mois environ mais nous ne passerons que très rarement à côté des vrais “value bets”.

Disons que si nous privilégions les paris bien analysés ; sur 100 paris et une cote moyenne de 1,65, nous gagnerons près de 70 fois sur 100.

Alors qu’avec une bonne stratégie statistique sans analyse, nous gagnerions à peine plus de 60 fois sur 100.

 

La différence, c’est que, évidemment, nous atteindrons beaucoup moins rapidement les 100 paris dans le premier cas que dans l’autre. C’est vrai.

 

Mais l’autre avantage de privilégier la qualité, c’est que nos résultats seront plus réguliers !

Alors qu’avec une stratégie purement statistiquela volatilité sera importante d’un mois à l’autre.

C’est à dire que certains mois, nous pourrions être à 80 paris gagnants sur 100 et d’autres mois à 40 paris gagnants sur 100 par exemple (toujours en considérant que la cote moyenne est de 1,65 environ).

Autrement dit, nous gagnerions beaucoup d’argent certains mois mais nous en perdrions aussi beaucoup certains autres… Très difficile à vivre d’un point de vue psychologique.

Certes, avec cette stratégie, le retour sur investissement peut parfois être très intéressant parce qu’on parie 5 à 10 fois plus (car aucune analyse poussée à faire) mais il faut que la stratégie soit PARFAITEMENT rodée (et je pèse mes mots).

Avec des dizaines de paris chaque semaine, nous aurions l’obligation d’avoir un capital très important et d’avoir accès à un très grand nombre de bookmakers étrangers. Bref, ce n’est pas à la portée de tout le monde.

 

C’est infiniment moins stressant et contraignant de privilégier la qualité.

Vous aurez un yield plus intéressant car vous gagnerez plus souvent proportionnellement au nombre de paris effectués et vos résultats seront plus réguliers.

Si je n’avais qu’un conseil à donner si vous faites vos propres pronostics, c’est donc : pariez moins mais pariez mieux.

Au poker, les joueurs qui ne sélectionnent pas bien leurs mains ou les tables sur lesquels ils décident de jouer, perdent tous beaucoup d’argent. Ils peuvent avoir de la chance (tout comme dans les paris sportifs) mais après un petit millier de mains jouées, ils n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

J’ai la conviction aujourd’hui que c’est exactement la même chose dans les paris sportifs.

 

Bien entendu, au poker comme dans les paris sportifs, il y a des joueurs qui savent allier qualité et quantité, je vous en présenterai quelques uns dans une page privée mais sachez qu’ils représentent une TOUTE PETITE MINORITÉ de joueurs.

On peut s’inspirer d’eux mais il ne faut surtout pas chercher à vouloir faire exactement ce qu’ils font. Ils y passent leurs jours et leurs nuits, engagent des sommes folles sur des dizaines et des dizaines de rooms/bookmakers et ils ont des facultés pour déceler les bons spots en 1/4 de seconde

Vouloir faire des paris sportifs un petit complément de revenu pour débuter est bien plus raisonnable… N’oubliez jamais que que vous avez une vie à côté

 

7 comments on “Définition du ROI et du Yield + les 2 stratégies pour gagner dans les paris sportifs

  1. Bonjour,

    Ton article est très intéressant et je te rejoins sur plusieurs points. Personnellement je privilégie la qualité qui selon moi sur le long terme est le plus efficace. Cependant l’inconvénient majeur est qu’on risque d’être plus facilement soumis au tilt (positif ou négatif).

    Enfin je pense que tu confonds ROI (Retour sur investissement) et rentabilité. Le ROI est la même chose que le Yield, c’est le rendement moyen pour un pari, la rentabilité est comme tu le décris comme le livret A.

    Au plaisir de lire d’autres articles.
    Guillaume

  2. Merci pour cet article qui est très clair.
    C’est vrai que je confondais le ROI et le Yield car je suis nouveau dans les paris sportifs et là tout de suite c’est beaucoup plus clair pour moi.

  3. Bonjour Romain,
    j’aurai envie de dire comme Guillaume. Ce que tu désignes comme le ROI est plutôt le ROC (Return On Capital). Quand on parle de ROI, on parle de l’investissement, c’est à dire des sommes investies dans les paris pour dégager du bénéfice. A aucun moment on prend en compte la Bankroll de départ.
    Si je prends un exemple. Avec un capital de départ (ou Bankroll) de 1000 euros.
    Je fais 20 paris de 10 euros (soit 200 euros d’investissement), ces 20 paris me rapportent 35 euros. Mon ROI (ou Yield) sera de 35/200 = 17.5% et mon ROC sera de 35/1000 = 3.5%.

    Julien
    (Toujours aussi impressionné par le choix de tes matchs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *